nos orientations

1° Lutter contre l’isolement et le sentiment de solitude

Notre réseau a à cœur de lutter contre la solitude et l’isolement des anciens issus de l’ASE. Chaque année, les statistiques sur le sentiment de solitude en France sont sans appel. En effet, depuis 2010, l’isolement des Français s’est installé et accentué : ils sont plus de 5 millions à ne pas avoir de relations sociales. De toutes les générations, celle des 75 ans et plus est celle qui a été la plus impactée par la montée des solitudes en France : 1 personne âgée sur 4 est seule contre 16 % au début de la décennie. En parallèle la solitude s’aggrave chez les plus jeunes. Le phénomène touche les 18-29 ans, jusque-là préservés.

Si de telles statistiques sont valables pour l’ensemble de la population française, qu’en est-il pour les anciens de la protection de l’enfance, dont les supports familiaux sont par définition fragiles ou inexistants ?

Dans ce contexte, notre mission est plus que jamais indispensable. La fragilité des supports familiaux que connaissent trop d’anciens de la protection de l’enfance nous oblige plus que jamais à agir dans le sens du lien social et de l’entraide. Ce sentiment de solitude, d’isolement, parfois même de détresse étant particulièrement présent aux deux extrémités de la pyramide des âges, c’est donc en direction de nos aînés et des plus jeunes que notre attention doit être la plus aiguë.

Face au délitement du lien social, notre réseau agit depuis toujours :

  • Aller vers les personnes qui n’ont pas les moyens de se faire connaitre et accueillir celles qui nous sollicitent ou nous sont signalées en soignant la qualité de nos accueils et de notre écoute.
  • Rendre visite régulièrement aux adhérents isolés, en structure notamment (foyers, maisons de retraites, centres pénitenciers, hôpitaux).
  • Echanger, écouter et se positionner face aux demandes et attentes.
  • Adapter les temps de convivialité pour partager la joie d’être ensemble (spectacles, repas de Noël et des anciens, galette des rois…)
    • en favorisant l’implication des personnes accueillies et accompagnées dans le choix et l’organisation de ces moments
    • en s’assurant que ces actions sont accessibles et adaptées à toutes les personnes accompagnées
  • Aider les personnes à accéder aux services, à la citoyenneté et à la sécurité
    • en les accompagnant dans leurs démarches

en apportant une aide individuelle appropriée en cas de besoin

2° Porter la voix des accueillis en Protection de l’Enfance

Notre réseau, et tout particulièrement notre fédération, est représentatif des personnes accueillies en Protection de l’Enfance auprès des pouvoirs publics. Sa mission est de faire entendre leur voix et de défendre leurs droits, tant à l’échelle nationale, c’est le rôle de la Fédération, qu’au plan local, c’est celui des associations départementales.

Au plan national, notre réseau :

  • Participe à l’évolution des textes sur l’adoption et la protection de l’enfance
  • Participe à l’évolution des services de l’Aide Sociale à l’Enfance
  • Veille à une égalité de traitement des jeunes majeurs entre 18 et 21 ans quels que soient les départements.

Au plan local, notre réseau :

  • Participe aux Conseils de famille
  • Veille à la bonne information des jeunes signant des contrats jeunes majeurs
  • Participe aux démarches menées par les services départementaux de l’aide sociale à l’enfance visant à recueillir l’avis des “usagers”, à travers notamment les Observatoires Départementaux de la Protection de l’Enfance (ODPE).

3° Agir concrètement en faveur des personnes les plus vulnérables

Nos associations sont reconnues comme acteurs incontournables de l’action sociale. Il s’agit donc pour nous de développer ou de pérenniser nos actions en direction de ces personnes, dans le respect de leur dignité.

Pour mener à bien cette mission, nos associations ont recours à différentes formes de soutien, telles que :

  • les secours (pour des cas d’urgence – un impayé de loyer, une facture, une dépense imprévue etc.)
  • les prêts (pour contribuer au financement d’un projet – permis de conduire, formation qualifiante etc.)
  • les primes diverses (mariage/pacs)

Les budgets relatifs à l’alimentation et à l’hygiène étant souvent les plus ponctionnés en cas de situation financière difficile (cela est surtout vrai chez les jeunes), nos associations permettent à nos adhérents en difficulté de pouvoir en bénéficier à un tarif gratuit ou quasi-gratuit.

Nos associations sont également amenées à devenir des acteurs importants dans l’aide au logement et dans la prévention des situations de ruptures.

Pour cela, nous agissons en faveur du logement des jeunes en actionnant trois leviers : le droit commun, les propriétaires parrains, membres de notre réseau d’anciens, le rapprochement avec les FJT et les CHRS.

4° Investir dans l’égalité des chances

Assurer à tous les jeunes un égal accès aux études supérieures et formations qualifiantes fait partie de notre combat. Hors contrat jeune majeur, la vie étudiante des jeunes issus de la Protection de l’Enfance reste dans sa quasi intégralité basée sur des dispositifs de droit commun ne prenant pas en compte la spécificité de leur situation, à savoir l’absence de supports affectifs et matériels stables.

Surtout, il ne leur est pas reconnu le droit à l’échec, le redoublement ou la réorientation pouvant se traduire purement et simplement par la fin anticipée de leur formation, faute de soutien financier et relationnel.

Pour les aider à faire face à cette situation, nos associations aident les jeunes sortant de la Protection de l’Enfance à financer leurs études en leur octroyant une allocation pérenne, s’insérant en complément des aides de droit commun (CROUS, bourse au mérite, APL) et aux revenus du travail.

5° Partager une culture commune

Nous le savons, la vie d’un enfant accueilli en Protection de l’Enfance n’a rien d’ordinaire. L’arrivée à l’âge adulte est souvent pour les anciens l’occasion de se retourner sur leur passé pour mieux vivre au présent et donner un sens à leur trajectoire.

De nombreux ouvrages et archives existent sur la protection de l’enfance : ils sont le fait d’universitaires, de travailleurs sociaux, de psychologues mais aussi d’anciens de la protection de l’enfance.

Avec pour objectif de préserver et de valoriser l’histoire des générations admises en protection de l’enfance, nos associations participent à un travail d’inventaire des sources sur l’histoire de la protection de l’enfance.

Mettre à disposition de chaque adhérent les ouvrages de référence sur la Protection de l’Enfance est une contribution utile au travail sur soi.

Nos 3 axes stratégiques

1° Développer la visibilité de nos associations

Le réseau ADEPAPE est parfois encore trop peu connu par les anciens de l’ASE et de manière plus générale, par les professionnels du secteur. Nous favorisons donc la mise en place d’actions destinées à ces deux publics :

  • Nous renforçons la connaissance qu’ont les anciens de l’ASE de notre réseau, notamment les plus jeunes :
    • En organisant des réunions de présentation de l’ADEPAPE dans des établissements accueillant des jeunes de 16 – 21 ans, susceptibles de faire appel à l’association dans quelques temps, pour informer les jeunes eux-mêmes directement ;
    • En organisant des réunions de présentation auprès des services de l’ASE, afin de bien informer les référents de l’ASE et les familles d’accueil de l’existence des ADEPAPE pouvant aider les jeunes majeurs, afin qu’ils leur retransmettent bien l’information lorsque des jeunes quittent le dispositif.
  • Nous améliorons notre visibilité auprès des professionnels de la Protection de l’enfance :
    • En nourrissant un dialogue régulier et constructif avec les Conseils généraux.
    • En mettant en place, par l’intermédiaire de la Fédération, des partenariats actifs avec les acteurs du secteur (ex : l’ODAS)

2° Assurer notre pérennité grâce au renouvellement générationnel

Notre réseau est conscient de l’importance d’assurer sa pérennité pour rester un acteur majeur dans le champ de la protection de l’enfance et de l’action sociale. Pour cela, nos associations mettent au cœur de leur démarche deux grandes actions :

  • la recherche et l’intégration des bénévoles
  • l’implication des jeunes adhérents

3° Développer des partenariats actifs

Nos associations collaborent avec de nombreux partenaires à l’échelle locale. Cela leur permet de répondre au mieux aux besoins de leurs adhérents et de les orienter, le cas échéant vers les acteurs les plus pertinents pour leur apporter une aide ou un service.

Cette démarche permet également à notre réseau de gagner en visibilité localement et d’être un acteur à part entière de l’action sociale locale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3° Agir concrètement en faveur des personnes les plus vulnérables

Nos associations sont reconnues comme acteurs incontournables de l’action sociale. Il s’agit donc pour nous de développer ou de pérenniser nos actions en direction de ces personnes, dans le respect de leur dignité.

Pour mener à bien cette mission, nos associations ont recours à différentes formes de soutien, telles que :

  • les secours (pour des cas d’urgence – un impayé de loyer, une facture, une dépense imprévue etc.)
  • les prêts (pour contribuer au financement d’un projet – permis de conduire, formation qualifiante etc.)
  • les primes diverses (mariage/pacs)

Les budgets relatifs à l’alimentation et à l’hygiène étant souvent les plus ponctionnés en cas de situation financière difficile (cela est surtout vrai chez les jeunes), nos associations permettent à nos adhérents en difficulté de pouvoir en bénéficier à un tarif gratuit ou quasi-gratuit.

Nos associations sont également amenées à devenir des acteurs importants dans l’aide au logement et dans la prévention des situations de ruptures.

Pour cela, nous agissons en faveur du logement des jeunes en actionnant trois leviers : le droit commun, les propriétaires parrains, membres de notre réseau d’anciens, le rapprochement avec les FJT et les CHRS.

4° Investir dans l’égalité des chances

Assurer à tous les jeunes un égal accès aux études supérieures et formations qualifiantes fait partie de notre combat. Hors contrat jeune majeur, la vie étudiante des jeunes issus de la Protection de l’Enfance reste dans sa quasi intégralité basée sur des dispositifs de droit commun ne prenant pas en compte la spécificité de leur situation, à savoir l’absence de supports affectifs et matériels stables.

Surtout, il ne leur est pas reconnu le droit à l’échec, le redoublement ou la réorientation pouvant se traduire purement et simplement par la fin anticipée de leur formation, faute de soutien financier et relationnel.

Pour les aider à faire face à cette situation, nos associations aident les jeunes sortant de la Protection de l’Enfance à financer leurs études en leur octroyant une allocation pérenne, s’insérant en complément des aides de droit commun (CROUS, bourse au mérite, APL) et aux revenus du travail.

5° Partager une culture commune

Nous le savons, la vie d’un enfant accueilli en Protection de l’Enfance n’a rien d’ordinaire. L’arrivée à l’âge adulte est souvent pour les anciens l’occasion de se retourner sur leur passé pour mieux vivre au présent et donner un sens à leur trajectoire.

De nombreux ouvrages et archives existent sur la protection de l’enfance : ils sont le fait d’universitaires, de travailleurs sociaux, de psychologues mais aussi d’anciens de la protection de l’enfance.

Avec pour objectif de préserver et de valoriser l’histoire des générations admises en protection de l’enfance, nos associations participent à un travail d’inventaire des sources sur l’histoire de la protection de l’enfance.

Mettre à disposition de chaque adhérent les ouvrages de référence sur la Protection de l’Enfance est une contribution utile au travail sur soi.

Nos 3 axes stratégiques

1° Développer la visibilité de nos associations

Le réseau ADEPAPE est parfois encore trop peu connu par les anciens de l’ASE et de manière plus générale, par les professionnels du secteur. Nous favorisons donc la mise en place d’actions destinées à ces deux publics :

  • Nous renforçons la connaissance qu’ont les anciens de l’ASE de notre réseau, notamment les plus jeunes :
    • En organisant des réunions de présentation de l’ADEPAPE dans des établissements accueillant des jeunes de 16 – 21 ans, susceptibles de faire appel à l’association dans quelques temps, pour informer les jeunes eux-mêmes directement ;
    • En organisant des réunions de présentation auprès des services de l’ASE, afin de bien informer les référents de l’ASE et les familles d’accueil de l’existence des ADEPAPE pouvant aider les jeunes majeurs, afin qu’ils leur retransmettent bien l’information lorsque des jeunes quittent le dispositif.
  • Nous améliorons notre visibilité auprès des professionnels de la Protection de l’enfance :
    • En nourrissant un dialogue régulier et constructif avec les Conseils généraux.
    • En mettant en place, par l’intermédiaire de la Fédération, des partenariats actifs avec les acteurs du secteur (ex : l’ODAS)

2° Assurer notre pérennité grâce au renouvellement générationnel

Notre réseau est conscient de l’importance d’assurer sa pérennité pour rester un acteur majeur dans le champ de la protection de l’enfance et de l’action sociale. Pour cela, nos associations mettent au cœur de leur démarche deux grandes actions :

  • la recherche et l’intégration des bénévoles
  • l’implication des jeunes adhérents

3° Développer des partenariats actifs

Nos associations collaborent avec de nombreux partenaires à l’échelle locale. Cela leur permet de répondre au mieux aux besoins de leurs adhérents et de les orienter, le cas échéant vers les acteurs les plus pertinents pour leur apporter une aide ou un service.

Cette démarche permet également à notre réseau de gagner en visibilité localement et d’être un acteur à part entière de l’action sociale locale.

 

logo1 copy